Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Rôle de la composition sédimentaire dans la dynamique et l’architecture interne des barrières littorales : Approche par modélisation physique

Résumé : Les barrières littorales dominées par les vagues sont des systèmes dynamiques qui répondent aux fluctuations du niveau marin à différentes échelles de temps, causées par les tempêtes, les marées (échelle journalière à décennale) et les variations climatiques (échelle centennale à millénaire). Elles sont composées de sable silicoclastique, de débris bioclastiques ou d’un mélange des deux. Dans certains environnements de productivité biologique intense, tels que la Manche, les débris coquilliers, essentiellement dérivés de mollusques, peuvent largement dominer la composition globale des sédiments côtiers. Avec le temps, l’évolution des facteurs naturels et anthropiques peut entraîner une variation de la proportion entre les grains silicoclastiques et coquilliers. L’objectif général de cette étude est de comprendre comment une modification de la composition sédimentaire peut affecter les processus impliqués dans la construction des barrières côtières et potentiellement leur stabilité. Suite à une première étude expérimentale en érodimètre qui montre des différences significatives de comportement hydrodynamique entre des débris bioclastiques provenant d’espèces variées de mollusques (Rieux et al., 2018), un ensemble d’expérimentations a été réalisé en canal dans le but de reproduire des morphologies de barrières à partir de mélanges de matériel bioclastique (B) et silicoclastique (S) en proportion variable. Le matériel coquillier provient de la baie du Mont-Saint-Michel tandis que le matériel silicoclastique consiste en un mélange de sables marins (sable de Fontainebleau et sable de Bayeux). Au total, trois mélanges sédimentaires ont été recomposés : 90% B – 10% S ; 50% B – 50% S ; 25% B –75% S. La morphologie des barrières a été reconstituée par photogrammétrie et par mesures au télémètre laser ; l’architecture interne a été étudiée à partir de photographies et de laquer-peels. Les résultats montrent une grande variabilité dans l’évolution des barrières en fonction de la nature du matériel sédimentaire, notamment au niveau des vitesses de migration, de la morphologie et de l’architecture interne des barrières modélisées. Ces différences s’expliquent principalement par une modification de la porosité des dépôts et par les processus de tri qui s’effectuent au niveau des zones de déferlement et de swash dans lesquelles la vitesse de chute des particules joue un rôle prépondérant. Les barrières riches en débris coquilliers amortissent l’énergie des vagues et le transport des sédiments se réalise sur de plus courtes distances. Ces phénomènes engendrent une aggradation des particules bioclastiques en haut de plage, une pente plus forte et des submersions de crête peu fréquentes. Au contraire, un banc riche en sable, et donc moins poreux, entraîne de nombreuses submersions de crête, un déplacement des particules sur de plus grande distance et des pentes globalement plus faibles.
Complete list of metadatas

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-01902061
Contributor : Pierre Weill <>
Submitted on : Tuesday, October 23, 2018 - 2:25:05 PM
Last modification on : Monday, April 27, 2020 - 4:26:30 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01902061, version 1

Collections

Citation

Alissia Rieux, Pierre Weill, Dominique Mouazé, Bernadette Tessier. Rôle de la composition sédimentaire dans la dynamique et l’architecture interne des barrières littorales : Approche par modélisation physique. 26e Réunion des Sciences de la Terre, Oct 2018, Lille, France. ⟨hal-01902061⟩

Share

Metrics

Record views

63