Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Prendre la vertu et les droits au sérieux : l'hypothèse d'un républicanisme des droits

Résumé : Contre l’opposition entre vertu et droit que Pocock a mise au cœur de son modèle de lecture de l’histoire de la pensée politique, cet article avance l’hypothèse qu’il existe une tradition républicaine qui intègre le droit naturel comme pièce essentielle de son dispositif argumentatif. Pocock a interprété les concepts de vertu civique et de droit naturel d’une manière qui ne correspond pas à l’usage qu’en font les auteurs considérés ici (Milton, Sidney, Trenchard, Gordon). En particulier, c’est parce que le détenteur du droit naturel est conçu davantage comme un sujet moral que comme un centre de désirs qu’il n’y a pas de contradiction entre sa liberté et ses obligations, i.e. sa vertu, de citoyen. De même, c’est parce que la vertu du citoyen se définit moins par la pratique de ses capacités politiques que par l’exercice mesuré de sa liberté qu’il n’est pas contradictoire qu’il revendique un droit naturel à changer de gouvernement et à résister au pouvoir.
Complete list of metadatas

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-01820219
Contributor : Christopher Hamel <>
Submitted on : Thursday, June 21, 2018 - 1:23:41 PM
Last modification on : Thursday, February 7, 2019 - 5:17:43 PM

Identifiers

Collections

Citation

Christopher Hamel. Prendre la vertu et les droits au sérieux : l'hypothèse d'un républicanisme des droits. Les études philosophiques, Presses Universitaires de France, 2007, 83 (4), ⟨10.3917/leph.074.0499⟩. ⟨hal-01820219⟩

Share

Metrics

Record views

79