Skip to Main content Skip to Navigation
New interface
Conference poster

L’exanthème coïtal en France : Etat des lieux sur la période 2010-2021

Résumé : L'exanthème coïtal équin (ECE) est une infection virale aiguë causée par l'herpèsvirus équin-3 (HVE-3). Cette pathologie vénérienne très contagieuse est caractérisée par la formation de papules, vésicules, pustules et ulcères sur les organes génitaux externes. La présence du virus et son impact économique sont décrits en Argentine ou au Japon. Cependant, très peu d’études sont réalisées en Europe même si la maladie est inscrite au code de pratiques de l'HBLB (UK) et dans la liste des maladies surveillées par le RESPE. Les objectifs de cette étude sont : 1/ de déterminer la circulation de l'HVE-3 en France par une étude rétrospective de 2010 à 2021, 2/ de caractériser les souches détectées par une analyse phylogénétique et 3/ de mesurer l'efficacité in vitro de nouvelles molécules antivirales contre l'HVE-3. Le statut de 71 échantillons génitaux collectés entre 2010 et 2021 a été déterminé par PCR en temps réel. Une analyse phylogénique a été réalisé sur 10 échantillons après séquençage Sanger. L'efficacité de neuf molécules antivirales (aciclovir, ganciclovir, valganciclovir, décitabine, idoxuridine, pritelivir, cidofovir, aphidicoline, vidarabine) a été évaluée en utilisant l'analyse cellulaire en temps réel (RTCA) sur des cellules dermiques équines avec la souche de référence HVE-3 VR3522, le suivi de l'effet cytopathique (microscopie) et de la charge virale (qPCR). Seulement vingt-deux pourcent (16/71) des cas suspects d'ECE ont été confirmés par un résultat PCR positif. Les dix souches françaises séquencées sont regroupées dans deux des trois groupes phylogéniques précédemment décrits, mais il n'y a pas de corrélation entre la localisation dans l’arbre phylogénique et le moment de la collecte ou la localisation géographique des chevaux. Les neuf molécules antivirales ne présentent pas de cytotoxicité sur notre modèle cellulaire (2) et semblent efficaces contre l’HVE-3 in vitro avec des degrés différents d’efficacité. L'aphidicoline semble être le composé le plus efficace in vitro avec une valeur EC50 de 2,43±0,02 µM (RTCA) et de 1,63±0,48 µM (qPCR). Des travaux complémentaires pourraient conduire à tester une molécule ou une association de molécules en conditions de terrain afin de déterminer si elles permettent une diminution du nombre et/ou de l’intensité des lésions, de la douleur occasionnée et du délai de retour à la reproduction. Même si nombre de souches est sans doute plus faible que ce qui circule en réalité, cette première étude française pose les bases nécessaires pour un suivi régulier de la situation et ouvre des perspectives thérapeutiques.
Document type :
Conference poster
Complete list of metadata

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-03817201
Contributor : Erika HUE Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, October 17, 2022 - 9:20:49 AM
Last modification on : Monday, November 7, 2022 - 2:54:45 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03817201, version 1

Citation

Erika Hue, Christine Fortier, Camille Normand, Gabrielle Sutton, Côme Thieulent, et al.. L’exanthème coïtal en France : Etat des lieux sur la période 2010-2021. 50èmes Journées annuelles de l'AVEF, Nov 2022, Reims, France. ⟨hal-03817201⟩

Share

Metrics

Record views

0