Impacts anthropiques cumulés sur les fonds sédimentaires : premiers résultats du projet ECUSED (Effets CUmulés sur le SEDiment) dans la partie orientale de la baie de Seine - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2022

Impacts anthropiques cumulés sur les fonds sédimentaires : premiers résultats du projet ECUSED (Effets CUmulés sur le SEDiment) dans la partie orientale de la baie de Seine

(1) , (1, 2) , (1, 2) , (1, 2) , (3) , (2, 1) , (1) , (3) , (3) , (3) , (3) , (3)
1
2
3
Pierre Weill
Sandric Lesourd

Abstract

L’évaluation de l’impact des effets cumulés des activités anthropiques est un enjeu essentiel pour la protection et la gestion des écosystèmes marins. La Manche et en particulier la baie de Seine, sont parmi les zones présentant la plus forte concentration d’activités anthropiques en Europe. Parmi ces activités, l’extraction de granulats marins et les dépôts de dragages portuaires se sont fortement développés ces dernières années. Les impacts de chacune de ces activités sur l’état physique et écologique des fonds sédimentaires et de la colonne d’eau commencent aujourd’hui à être relativement bien quantifiés à l’échelle d’un site. Cependant, le défi actuel est de comprendre leurs interactions potentielles afin de répondre aux législations européenne (EU directive 85/337/CEE, amendement 11/97/CE) et française (article R122-5 du code français de l’environnement, modifié par le décret n°2017-626 du 25 Avril 2017 – article 3). Les impacts cumulés sur les fonds sédimentaires demeurent mal connus en particulier parce que nous manquons de méthodologies de traçage du transport sédimentaire adaptées. Le projet ECUSED concerne les effets cumulés des activités humaines en mer sur l’état physique des fonds sédimentaires. Il est financé par la région Normandie (RIN Recherche Emergent 2021-2023) et soutenu par le GIS ECUME (Groupement d’Intérêt Scientifique Effets CUmulés en MEr) créé en novembre 2020. Plus particulièrement, nous considérons l’impact cumulatif des activités d’extraction de granulats marins (concession GMH, Granulats Marins du Havre), et d’immersion de sédiments dragués par les Grands Ports Maritimes pour l’entretien des chenaux de navigation (site du MACHU), localisés dans la partie orientale de la baie de Seine. Les fonds sédimentaires de la baie de Seine orientale représentent des habitats diversifiés pour les organismes benthiques et constituent un stock sédimentaire étroitement lié à la stabilité du trait de côte. Afin de définir les zones d’influence de chaque activité sur l’environnement naturel, et les éventuelles connexions entre sites, il est nécessaire de caractériser les sources (naturelles et anthropiques) de sédiments et leurs directions de transport à une échelle de plusieurs dizaines de km2 . Pour cela, une méthodologie innovante, basée sur l’analyse de l’évolution spatialisée de paramètres géochimiques et granulométriques des sédiments, est développée et éprouvée sur le terrain. Une mission de prélèvement sédimentaire s’est déroulée du 21 au 29 avril sur le N/ O Côtes de la Manche. Elle a permis d’obtenir des échantillons sur 115 stations de prélèvement régulièrement répartis sur une grille qui couvre une zone de 43 km2. Cette zone s’étend du site du MACHU au sud (dépôts de dragage) au site d’exploitation de granulats du GMH au nord. Le travail en mer a mis en évidence un transport vers le nord des dépôts fins issus du dragage sous la forme de petits galets mous de " vase indurée " . L’acquisition en laboratoire de données granulométriques (granulomètre Laser (Horiba)) et géochimiques (spectrométrie de fluorescence X (xSORT de Spectro-Ametek) et spectrométrie infrarouge (LECO CS 744)) sur le sédiment total permet de compléter et d’affiner cette interprétation en appliquant deux méthodologies : (1) GSTA (Grain Size Trend Analysis) classique de transport sédimentaire basé sur la granulométrie des dépôts et (2) MSTA (Multiproxies Sediment Trend Analysis) sur les paramètres géochimiques pour mettre en évidence les sources et les gradients de concentration. Sur la base de ces premières données, une série d’échantillons sera sélectionnée pour être tamisée en 16 à 27 fractions qui seront analysées individuellement en géochimie, ce qui nous permettra d’obtenir plus de précision sur les sources des particules et donnera accès à une étude du transport sédimentaire par type de grain.
Not file

Dates and versions

hal-03794995 , version 1 (03-10-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03794995 , version 1

Cite

Valentin Le Goff, Anne Murat, Yann Méar, Gwendoline Gregoire, Jean-Philippe Pezy, et al.. Impacts anthropiques cumulés sur les fonds sédimentaires : premiers résultats du projet ECUSED (Effets CUmulés sur le SEDiment) dans la partie orientale de la baie de Seine. 18ème Congrès français de Sédimentologie, Sep 2022, Brest, France. ⟨hal-03794995⟩
16 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More