Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Etude de la biodisponibilité des HAP dans 5 sols naturels contrastés : Impact des caractères physico-chimiques du sol et des communautés bactériennes

Résumé : Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), polluants toxiques persistants, présentent un caractère de géo-accumulation. En fonction de leur forme chimique et des caractéristiques du sol, ils sont plus ou moins fortement séquestrés et l'efficacité des procédés de bioremédiation est alors intimement liée à la biodisponibilité des HAP pour les micro-organismes dégradeurs du sol. Le but de cette étude est donc (i) de mettre au point une technique simple et rapide afin d'évaluer la biodisponibilité des HAP dans les sols (ii) de définir les communautés bactériennes impliquées dans la dégradation des HAP et (iii) de comprendre la relation entre la biodégradation des HAP, leur biodisponibilité, la nature des sols et les communautés bactériennes dégradant le phénanthrène. (i) Les techniques d'extraction drastiques généralement mises en oeuvre pour extraire les HAP (Soxhlet, extraction assistée par micro-ondes MAE, ou par solvants sous pression) donnent la teneur pseudo-totale en HAP, mais ne permettent pas d'accéder à la fraction labile des HAP. Des méthodes d'extraction douces en phase aqueuse, utilisant des agents solubilisants, sont plus susceptibles d'accéder à cette fraction de HAP réellement biodisponibles. Des additifs tels que des agents tensioactifs synthétiques, des émulsions, des biosurfactants (produits par des bactéries), des cyclodextrines et des liquides ioniques micellaires ont été testés sur 5 sols naturels, de caractéristiques géochimiques très différentes (taux de matière organique, d'argiles, pH…). Les capacités d'extraction en phase aqueuse, en présence des différents additifs, ont ensuite été comparées aux extractions pseudo-totales effectuées par MAE, afin d'établir si le ratio entre HAP labiles et HAP totaux était corrélé aux caractéristiques de rétention des sols. (ii) Des tests de croissance en milieu minimum, en présence de Phénanthrène (PHE) comme seule source de carbone, ont été réalisés sur une centaine de souches provenant d'un des sols d'étude, permettant de mettre en évidence 2 souches significativement dégradantes, dont une produit un biosurfactant. Le dosage par HPLC-FLD du PHE résiduel dans les tubes de culture a permis de valider les résultats des tests de croissance bactérienne. Des études de la cinétique de dissipation naturelle de 7 HAP dans les 5 sols d'étude ont été parallèlement réalisées en microcosmes, et ont présenté des résultats contrastés semblant être plutôt reliés au paramètre bactérien qu'aux caractéristiques physico-chimiques des sols. (iii) Au final, une analyse en composantes principales (ACP) a permis de corréler (ou non) la biodégradation des HAP en 3 mois à certaines caractéristiques des sols, à leur biodisponibilité et au nombre de bactéries cultivables dégradant le phénanthrène.
Complete list of metadatas

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-02558739
Contributor : Florence Koltalo <>
Submitted on : Wednesday, May 6, 2020 - 9:45:55 AM
Last modification on : Thursday, July 2, 2020 - 3:29:36 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02558739, version 1

Citation

Marc Crampon, J. Bodilis, F. Bureau, M. Akpa-Vinceslas, Nadine Machour, et al.. Etude de la biodisponibilité des HAP dans 5 sols naturels contrastés : Impact des caractères physico-chimiques du sol et des communautés bactériennes. Séminaire du GRR sciences de l’environnement, gestion des risques, Feb 2013, Mont-Saint-Aignan, France. ⟨hal-02558739⟩

Share

Metrics

Record views

18