Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

TAMARA DREWE: A NEW FORM OF EXPRESSION?

Résumé : La bande-dessinée n’a jamais connu Outre-Manche le succès et la reconnaissance dont elle bénéficie en France et aux Etats-Unis sous la forme de comics. Longtemps confinée à quelques publications périodiques pour garçons, elle n’a commencé à se développer véritablement qu’à partir des années soixante-dix sous la forme de romans graphiques donnant davantage de place au texte que les productions continentales. Aujourd’hui encore, elle reste un genre marginal à qui les éditeurs et les libraires britanniques accordent peu de place. Dans ce paysage relativement restreint et à dominante plutôt masculine, Posy Simmonds fait figure d’exception. Héritière de la tradition feuilletonesque du XIXème siècle, elle renouvelle et revisite la coutume de la livraison éditoriale hebdomadaire en publiant dans le journal The Guardian d’abord Gemma Bovery, puis Tamara Drewe (entre 2005 et 2006), deux séries librement inspirées, respectivement, de Madame Bovary de Gustave Flaubert (1856) et de Far From the Madding Crowd de Thomas Hardy (1874), par la suite publiées sous forme de livre chez l’éditeur Jonathan Cape (1999 et 2007). Si l’appellation « roman graphique » se prête encore à Gemma Bovery, la question se pose lorsque nous évoquons Tamara Drewe. En effet, Posy Simmonds rompt avec les codes de la bande dessinée et du roman graphique (McCloud, 1993, Understanding Comics) pour nous proposer une œuvre hybride ancrée dans la contemporanéité. Le récit se déroule sous la forme de collage opérant à divers niveaux, procédé lui-même renvoyant à une activité en vogue, le scrapbooking : juxtaposition des images, insertions de fragments d’origines diverses, variation des polices de caractère, multiplication des points de vue, il offre au lecteur une expérience quasi multimédia originale et active en le sollicitant pour faire le lien entre les différents éléments de la page. Tamara Drewe nous permet de nous interroger sur les notions d’inspiration et d’adaptation. Œuvre singulière à part entière, l’ouvrage de Posy Simmonds offre une transposition savante du roman de Thomas Hardy en jouant constamment sur l’intertextualité et les références interculturelles. Les usages et le parler du XIXème siècle, l’opposition ville/campagne, les relations sociales, les coutumes et traditions sont adaptées au monde contemporain avec notamment une critique à la fois comique et virulente de l’importance du paraître, du statut de l’auteur et de ses lecteurs. L’œuvre de Posy Simmonds s’affranchit des codes courants du roman graphique et pose la problématique de l’adaptation d’une œuvre à partir de différents supports artistiques. Ses choix visuels non orthodoxes, son utilisation des couleurs, sa transposition de l’oralité concourent à briser les conventions de genres établis et à mettre le lecteur face à une nouvelle forme de littérature populaire.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-02436648
Contributor : Pascale Villate <>
Submitted on : Monday, January 13, 2020 - 11:43:28 AM
Last modification on : Tuesday, January 21, 2020 - 1:57:30 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02436648, version 1

Collections

Citation

Pascale Villate. TAMARA DREWE: A NEW FORM OF EXPRESSION?. Les langues du livre, SHARP, The Society for the History of Authorship, Reading and Publishing, Bibliothèque Nationale de France, Jul 2016, Paris, France. ⟨hal-02436648⟩

Share

Metrics

Record views

21