La prise en compte médiévale de la victime dans quelques traités criminels et statuts urbains - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Histoire de la justice Year : 2015

The mediaeval view of the victim in treatises and urban statutes

La prise en compte médiévale de la victime dans quelques traités criminels et statuts urbains

Abstract

The word “victim” does not appear in mediaeval sources. The victim was referred to as the persona offensa or pars laesa. Like Roman law, mediaeval law allowed no consideration of the human body and reparation consisted solely in estimating the damage to the assets of the victim. In this article, we will begin by seeking to understand how the individual was recognised by law as a persona offensa, before showing that the reparation provided by law could be private or public in nature.
Le mot « victime » n’apparaît pas dans les sources médiévales. La victime est appelée persona offensa ou pars laesa. À l’instar du droit romain, le droit médiéval n’admet pas d’estimation du corps humain. La réparation consiste seulement en l’estimation des préjudices patrimoniaux subis par la victime. Il s’agit d’abord de comprendre comment un individu est reconnu par le droit persona offensa. Puis, il s’agit de montrer que les réparations, prévues par le droit, peuvent être à caractère privé ou public.
Not file

Dates and versions

hal-02409045 , version 1 (13-12-2019)

Identifiers

Cite

Marie-Clotilde Lault. La prise en compte médiévale de la victime dans quelques traités criminels et statuts urbains. Histoire de la justice, 2015, 25, pp.107-122. ⟨10.3917/rhj.025.0107⟩. ⟨hal-02409045⟩
15 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More