Concurrences, conflits et ententes dans l'espace urbain rouennais du 10e au 15e siècle - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year :

Concurrences, conflits et ententes dans l'espace urbain rouennais du 10e au 15e siècle

(1)
1
Lise Levieux

Abstract

Concurrences, conflits et ententes dans l'espace urbain rouennais du 10e au 15e siècle Mesdames, Messieurs, je vous remercie de m'avoir conviée à cette journée d'étude consacrée au thème "Conflits, débat et rencontres". Je suis actuellement étudiante à l'Université de Rouen sous la co-direction d'Elisabeth Lalou, professeur d'histoire médiévale à l'Université de Rouen et d'Elisabeth Lorans, professeur d'archéologie médiévale à l'Université François Rabelais de Tours. Je suis donc à la fois attachée au laboratoire du GRHis et du LAT. Mon sujet de thèse porte sur le rôle des communautés religieuses dans la fabrique de la ville de Rouen. Ainsi, je vais m'axer lors de cette présentation sur les concurrences, les conflits et les ententes dans l'espace urbain rouennais du 10e au 15e siècle. Rouen, ville aux cent clochers, prend une importance particulière lors de la période étudiée. Chef-lieu de cité, elle passe des mains des ducs de Normandie à celles des rois de France. De plus, comme la plupart des villes, l'espace urbain de la capitale normande ne cesse de s'accroître jusqu'au 14 e siècle. Si au 10 e siècle, l'espace urbanisé de Rouen est encore enserré dans l'enceinte du castrum mesurant environ 14 hectares, des lotissements furent créés à l'extérieur de la ville antique et furent au fur et à mesure enclos dans de nouvelles murailles. En outre, avec plus de trente églises paroissiales, une quinzaine de communautés régulières et siège d'un archevêché très puissant, Rouen était un centre religieux important au 15e siècle. Selon leurs règles, les communautés religieuses s'installaient hors ou dans la ville. Par exemple, l'installation des Bénédictins, un peu en retrait de la ville, n'a pas entraîné de conflits. En revanche, l'arrivée de nouvelles communautés au 13 e siècle a posé plus de problèmes. Plusieurs raisons à ce fait : les anciennes communautés ne souhaitent pas partager les dons et les bienfaits des familles rouennaises et, plus encore, la place manquait cruellement à l'intérieur de la ville et ceci malgré les créations de nouvelles enceintes. La proximité des religieux entre eux ou avec les laïcs s'imposait donc dans une ville au tissu urbain dense. Chacun des acteurs sociaux de la ville a eu des rapports avec ses voisins. La présence d'autant de communautés religieuses et d'institutions n'a pu qu'entraîner un climat de concurrences : d'abord entre les différentes communautés religieuses mais aussi entre les religieux et les institutions laïques dirigeant la ville. Ainsi, ce qui ressort des sources écrites est que moines, chanoines, archevêque et même laïcs entraient souvent en conflit pour diverses raisons : conflits de juridiction, conflits sur les droits paroissiaux ou les droits commerciaux et également conflits sur les constructions en tant que telle dans la ville. Mais une ville ne pourrait perdurer s'il n'y avait pas un minimum de consensus et de collaboration. Lise LEVIEUX
Fichier principal
Vignette du fichier
LEVIEUX_20150215.pdf (202.07 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-02359988 , version 1 (13-01-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02359988 , version 1

Cite

Lise Levieux. Concurrences, conflits et ententes dans l'espace urbain rouennais du 10e au 15e siècle. Conflits, débats, rencontres, Feb 2015, Mont-Saint-Aignan, France. ⟨hal-02359988⟩
20 View
15 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More