Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Dans les pas de Mary Carpenter : les Congrès pénitentiaires internationaux (1872-1950) comme espace de réflexions sur l'éducation de l'enfance irrégulière

Abstract : Au début du 19ème siècle, la Révolution industrielle et l’exode rural qu’elle engendre font émerger dans leur sillage de nouvelles formes de précarité et de petite délinquance dans les villes. En Europe, la Grande-Bretagne devient le théâtre de cette nouvelle réalité quelques décennies avant le continent et Mary s’inquiète du sort des enfants qu’elle voit maintenant évoluer dans les rues de Bristol. Mary Carpenter est née en 1807 dans cette ville du Pays de Galle et n’a pas encore trente ans lorsqu’elle y fonde une ragged school, une école pour les défavorisés. Elle s’y trouva confrontée à « l’attitude rebelle d’enfants sauvages et frappés par la pauvreté » (Young & Ashton, 1956, p.66) et développa un intérêt particulier pour les conditions de prise en charge des plus difficiles de ces enfants, les jeunes vagabonds et délinquants, souvent confrontés à la justice. Elle étudia les institutions mises en place dans plusieurs pays, publia un premier ouvrage en 1851, Reformatory Schools for the Children of the Perishing and Dangerous Classes and for Juvenile Offenders, et prit part la même année à l’organisation d’une première conférence sur ce thème à Birmingham. Mary Carpenter ouvrit alors en 1853 une reformatory school (centre d’éducation fermé pour jeunes délinquant) où elle pouvait mettre ses idées à l’épreuve et fit paraître un second ouvrage sur le sujet : Juvenile Delinquents Their Condition and Treatment. À cette période, de nombreux pays s’emparent de la question pénitentiaire dans ses multiples enjeux. En témoignent l’institutionnalisation des Congrès pénitentiaires internationaux et le nombre d’hommes et de femmes venant de tout le globe qui se réunirent ainsi en douze occasions entre 1872 et 1950. Les questions relatives « à l’enfance et aux mineurs », souvent traités de manière transversale, se voient plusieurs fois consacrés les travaux d’une section. Organisation de l’enseignement scolaire et de la formation professionnelle, éducation morale et religieuse, avantages d’un accueil familial etc. sont autant de thèmes qui nourrissent les échanges des représentants internationaux, et témoignent de l’ambition éducative des acteurs. Cette communication se propose d’éclairer, à travers l’étude des actes de ces Congrès, l’évolution des idées sur la prise en charge de cette jeunesse en difficulté dans le prolongement des travaux de Mary Carpenter, saluée en ces termes un an après sa disparition lors du banquet de clôture du congrès de Stockholm (1878) : « Qu’il y ait toujours au premier rang de notre petite phalange de ces femmes telles que Mary Carpenter, l’immortelle bienfaitrice des enfants abandonnés de la société ! Que les souvenirs de sa vie […] soutiennent les forces de ses imitatrices ! »
Complete list of metadatas

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-02342335
Contributor : Marie Vergnon <>
Submitted on : Thursday, October 31, 2019 - 7:29:22 PM
Last modification on : Friday, November 1, 2019 - 1:31:20 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02342335, version 1

Collections

Citation

Marie Vergnon. Dans les pas de Mary Carpenter : les Congrès pénitentiaires internationaux (1872-1950) comme espace de réflexions sur l'éducation de l'enfance irrégulière. Colloque Histoire des éducations dans et hors l’école, ATRHE, UMR CNRS LISA 6240, Oct 2014, Corte, France. ⟨hal-02342335⟩

Share

Metrics

Record views

29