Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Le temps des loisirs dans les familles enseignantes : uniformité et singularité

Résumé : Les enfants d’enseignants constituent une catégorie privilégiée (Devineau et Léger 2002), dans la mesure où leurs parents disposent d’un capital culturel à dominante scolaire, formulent de fortes ambitions pour leurs progénitures, ont une connaissance indigène du système éducatif et de ses rouages. Les pratiques éducatives des familles enseignantes sont toutefois peu étudiées, à l’exception d’une approche quantitative récente (Da Costa 2012). Cette communication se propose d’analyser les temps libres et de loisirs des enfants d’enseignants – qui bénéficient d’un cadre de vie au sein duquel la culture légitime est généralement omniprésente et valorisée, comme en témoigne l’importance accordée aux séjours à l’étranger, aux sorties culturelles, à l’apprentissage d’un instrument de musique –, en s’efforçant d’hétérogénéiser ce qui est souvent rendu homogène par les approches statistiques (Lahire 2004), à savoir la relation entre un milieu social et les loisirs. Des comparaisons internes entre les familles d’enseignants seront proposées.

Les résultats, qui s’inscrivent dans la continuité des travaux quantitatifs de Octobre, Détrez, Mercklé et Berthomier (2010), prendront appui sur l’analyse de 27 entretiens compréhensifs (d’autres sont actuellement en cours), réalisés auprès de familles enseignantes aux caractéristiques contrastées. Ils s’inscrivent dans le cadre d’une recherche plus large sur la carrière scolaire des enfants d’enseignants, menée au LIEPP et dirigée par van Zanten.

La discussion des résultats ainsi obtenus adoptera deux perspectives. D’une part, les familles enseignantes décrivent uniformément les temps extrascolaires avant tout en termes de plaisir, détente, découverte, épanouissement, ouverture, etc. Elles voient aussi dans ces temps des occasions de maîtriser les réseaux relationnels de leurs enfants et de développer des compétences telles que la confiance en soi, l’esprit de compétitivité, le sens de l’effort, de la rigueur et de la persévérance, etc., sans pour autant adhérer explicitement à l’idée de « pédagogisation » des activités extrascolaires. D’autre part, dans ces familles enseignantes, l’organisation du temps libre, les types d’activités, les projets parentaux de transmission autour des loisirs et leur appropriation par les enfants, sont singuliers. Par exemple, les sorties culturelles encadrées légitimes (musées, théâtre, spectacles) dépendent du lieu de résidence des familles enseignantes (Paris/ province – urbain/rural). Autre exemple, certains enfants adhèrent aux goûts et plaisirs de leurs parents dans la durée, tandis que d’autres transforment, réinterprètent voire contrecarrent ce qui est transmis une fois l’âge des revendications et contestations atteint.

Les discours des parents et de leurs enfants, qui dévoilent la part explicite de la transmission culturelle, oscillent entre « persuasion douce » et contrainte ; entre plaisir et souffrance ; entre accords, négociations, contractualisation et conflits ; entre rapport à l’école et aux loisirs distants et proches. Ils témoignent enfin d’inégalités géographiques et individuelles (au sein d’un même groupe social), sociales et culturelles (entre les groupes sociaux).
[résumé issu du livret du programme]

ou

La contribution se propose d’analyser les temps libres et de loisirs des enfants d’enseignants, en s’efforçant d’hétérogénéiser ce qui est souvent rendu homogène par les approches statistiques, à savoir la relation entre un milieu social et les loisirs. Les résultats, qui prennent appui sur l’analyse de 40 entretiens, adoptent deux perspectives. D’une part, les familles enseignantes décrivent uniformément les temps extrascolaires en termes de plaisir, détente, épanouissement, ouverture ; de développement de compétences telles que la confiance en soi, l’esprit de compétitivité, le sens de l’effort, de la rigueur et de la persévérance, sans pour autant adhérer explicitement à l’idée de « pédagogisation » des activités extrascolaires. D’autre part, dans ces familles enseignantes, l’organisation du temps libre, les types d’activités, les projets parentaux de transmission autour des loisirs et leur appropriation par les enfants, sont singuliers.

Consulter le document sur https://docplayer.fr/37055209-Le-temps-des-loisirs-dans-les-familles-enseignantes-uniformite-et-singularite.html
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-02338262
Contributor : Carole Daverne-Bailly Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, October 29, 2019 - 9:40:04 PM
Last modification on : Friday, March 11, 2022 - 3:26:25 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02338262, version 1

Collections

Citation

Carole Daverne-Bailly. Le temps des loisirs dans les familles enseignantes : uniformité et singularité. Colloque international : Inégalités éducatives et espaces de vie, Sep 2015, Rennes, France. [7 p.]. ⟨hal-02338262⟩

Share

Metrics

Record views

40