Une altérité muette: bestiaire et images animales dans l'oeuvre de Silone

Résumé : Si l'on en croit l'index des noms propres de l'édition Mondadori des Meridiani, Silone lecteur ne semble pas avoir fréquenté les grands auteurs de l'animalité, qu'ils appartiennent au domaine philosophique, littéraire ou scientifique dans son versant éthologique ou naturaliste: point, par exemple et parmi tant d'autres, de Descartes, de Buffon, de Darwin ou de Lorentz. Partant de ce manque, on peut donc dire que la question animale est absente de son œuvre d'un point de vue théorique ou historique. L'intérêt de Silone pour les animaux se limiterait alors à une simple volonté de vraisemblance dans la description du décor campagnard de ses romans. Il n'y aurait finalement rien à voir de plus que ce qui apparaît au détour d'un chemin escarpé des Apennins, dans telle cour de ferme des Abruzzes ou encore à l'intérieur des habitations misérables des "cafoni". Pourtant, si on se laisse guider par l'implacable vérité des textes, avant et en-deçà de toute interprétation ou mise en perspective historique, autrement dit si on lit et relit les récits de Silone, sans se préoccuper de distinction de genre ou d'époque, on ne peut qu'être frappé par l'omniprésence des animaux dans son œuvre.Notre article montrera que cette dernière obéit à une double volonté. Celle, tout d'abord, de remplir son univers paysan de présences attendues et familières dans le cadre d'une description réaliste des paysages des Abruzzes. Il n'y aurait donc là, a priori, rien de très intéressant et, dans l'évocation de la ménagerie silonienne, nous frôlerons souvent le pléonasme et la redondance: tel animal de la campagne se trouve dans le récit parce que le récit se passe à la campagne. Nous verrons pourtant que quelques figures animales se détachent, se parent d'une signification plus profonde, renvoient, tout en s'ancrant dans un indéniable naturalisme zoologique, à quelque chose de plus qu'une simple confirmation des habitudes et des pratiques paysannes. Cette ouverture se trouvera confirmée par l'analyse des emplois imagés que Silone propose et qui s'inscrivent dans la longue tradition de la métaphore bestiale et de ses différents degrés: simples similitudes, anthropomorphisme ou, au contraire, animalisation, voire métamorphose. Après avoir fait le point sur ces présences animales effectives ou transformées, "dénaturées" par le recours à l'image, on pourra aboutir à la conclusion, qui n'était qu'intuitive avant le travail de vérification des textes, que loin d’être secondaire, comme nous pouvions le croire dans un premier temps, le recours à des personnages ou à des images d’animaux permet à Silone de creuser un sillon emprunté également par d’autres voies d’accès plus nobles – l’idéologie, l’histoire, l’anthropologie – et que l’on peut résumer ainsi: l’animal chez Silone, loin d’être seulement un objet de décor(ation) ou un prétexte à une meilleure connaissance de l’homme, comme le veulent les traditions du naturalisme, de la fable ou du bestiaire, est un élément primordial mais autonome du monde paysan, un “autre” qui partage avec le “sous-homme”, le “moins que rien” qu’est le cafone, pour reprendre la hiérarchie proposée par Michele Zompa au début de "Fontamara", les vertus de l’innocence et du silence qui constituent deux des principaux thèmes de l’œuvre de notre auteur. L’animal, chez Silone, reste presque toujours lui-même (peu d’anthropomorphisme ou alors orienté toujours dans la même direction, on le verra) et sa présence opaque et muette renvoie au personnage humain de Silone l’écho silencieux de sa propre opacité et de son propre mutisme.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [30 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-02292203
Contributeur : Vincent d'Orlando <>
Soumis le : jeudi 19 septembre 2019 - 15:01:48
Dernière modification le : samedi 21 septembre 2019 - 01:27:30

Fichier

Une altérité muette. Bestiai...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-02292203, version 1

Collections

Citation

Vincent d'Orlando. Une altérité muette: bestiaire et images animales dans l'oeuvre de Silone. Ignazio Silone: aspects et significations d'une littérature de la crise, Loffredo, 2009. ⟨hal-02292203⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

6

Téléchargements de fichiers

9