Criblage et évaluation de l’effet antiviral de molécules contre les herpèsvirus équins 1 et 4 par la mesure d’impédance cellulaire : effet de la spironolactone

Abstract : Neuf herpèsvirus équins (HVE-1 à 9) sont actuellement décrits chez les équidés. Parmi les cinq herpèsvirus classiquement décrits chez les chevaux nous retrouvons trois alphaherpèsvirus (HVE-1, HVE-3 et HVE-4) et deux gammaherpèsvirus (HVE-2 et HVE-5). Les HVE-1 et HVE-4 sont responsables de maladies respiratoires mais également pour l’HVE-1 de formes secondaires graves comme l’avortement et l’encéphalomyélite, conduisant à de lourdes pertes économiques. Les vaccins disponibles actuellement contre ces deux virus atténuent les problèmes respiratoires et la dissémination du virus mais ne préviennent pas suffisamment les avortements et les formes nerveuses. Par ailleurs aucune molécule ne possède d’autorisation de mise sur le marché en santé équine malgré des besoins importants. Le but de notre étude est de développer de nouvelles molécules, ou de repositionner des molécules déjà existantes, capables de lutter contre l’HVE-1 et l’HVE-4. Pour cela nous avons développé un modèle cellulaire d’étude par la technologie RTCA xCELLigence® (ACEA Biosciences, Inc). Cette technique est basée sur la mesure d’impédance cellulaire en temps réel et permet le criblage moyen/haut débit de molécules (6 x 96 puits simultanément). Notre analyse est basée sur deux principaux paramètres que sont : le calcul d’aire sous la courbe (AUC) et le temps requis pour diminuer de 50% la valeur maximale de Cell Index (CIT50). Suite au criblage d’une première série de 1 200 molécules issues de la banque Prestwick®, 14 hits ont été identifiés comme potentiels antiviraux contre l’HVE-1. Parmi ces molécules, nous avons retrouvé l’aciclovir et le ganciclovir, dont les efficacités avaient déjà été démontrées contre l’HVE-1 et l’HVE-4, confirmant ainsi la pertinence de notre modèle. Nous avons également identifié la spironolactone parmi les 12 autres hits, comme molécule antivirale contre l’HVE-1. Une EC50 de 26,98 ± 1,22 µM mesurée avec le système RTCA xCELLigence et une EC50 de 9,75 ± 3,79 µM mesurée par quantification des charges virales d’HVE-1 (qPCR) ont été obtenues contre l’HVE-1 et des résultats similaires ont été obtenus contre l’HVE-4. Par ailleurs l’efficacité de la spironolactone a récemment été démontrée in vitro contre le virus d’Epstein-Barr [1] et sur les virus de l’immunodéficience humaine-1 et 2 [2]. Ces résultats laissent penser que la spironolactone a un effet antiviral à large spectre et pourrait être utilisée pour lutter contre un grand nombre de virus. Les autres hits sont actuellement étudiés par qPCR pour confirmer les effets obtenus par la technologie RTCA xCELLigence®. Références : 1. Lacombe, B., Morel, M., Margottin-Goguet, F., Ramirez, B.C., 2016. Specific Inhibition of HIV Infection by the Action of Spironolactone in T Cells. Journal of Virology 90, 10972–10980. https://doi.org/10.1128/JVI.01722-16 2. Verma, D., Thompson, J., Swaminathan, S., 2016. Spironolactone blocks Epstein–Barr virus production by inhibiting EBV SM protein function. Proceedings of the National Academy of Sciences 113, 3609–3614.
Liste complète des métadonnées

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-02286202
Contributeur : Côme Thieulent <>
Soumis le : vendredi 13 septembre 2019 - 15:08:42
Dernière modification le : mercredi 6 novembre 2019 - 14:54:37

Identifiants

  • HAL Id : hal-02286202, version 1

Citation

Côme Thieulent, Erika Hue, Christine Fortier, Peggy Suzanne, Stephan Zientara, et al.. Criblage et évaluation de l’effet antiviral de molécules contre les herpèsvirus équins 1 et 4 par la mesure d’impédance cellulaire : effet de la spironolactone. XIIIème journées scientifique Herpes Virus et Pathologies Associées, Mar 2019, Lyon, France. ⟨hal-02286202⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

17