Confirmation d'infections mortelles par HVE-9 chez des zèbres de Grévy en captivité

Résumé : Contexte et cas cliniques: Les herpesvirus appartenant aux sous-familles Alphaherpesvirinae (HVE1/4 par exemple) et Gammaherpesvirinae (HVE2/5 par exemple) sont capables d’infecter les équidés en milieu naturel ou en captivité (1). Certains de ces herpesvirus tels que l’HVE1 et l’HVE9 possèdent un spectre d’hôtes plus large (Bovidae, Rhinocerotidae etc.)(2). Le virus HVE9 pourrait être pathogène pour les chevaux mais il a été essentiellement isolé chez des animaux de zoo présentant des symptômes respiratoires et neurologiques (3). En décembre 2016, trois zèbres de Grévy ont présenté des signes de léthargie, anorexie et de forts écoulements nasaux (un mâle de 16 mois, une femelle de 8 ans et son petit de 2 mois (femelle également)). Le mâle zèbre est mort dans la nuit ayant suivi les soins mis en place. Le zèbreau est mort plus de 2 jours après le mâle, 48h après la mise en place du traitement valacyclovir. L’autopsie des deux animaux ayant succombé à la maladie a révélé la présence d’une nécrose cellulaire sur différents tissus (pulmonaires, lymphatiques et nerveux). L’hypothèse d’une myopathie atypique expliquant les nécroses musculaires observées a été écartée car malgré la présence d’un érable sycomore près de l’enclos, le jeune zèbre de deux mois était nourri uniquement de lait maternel, aucune consommation des graines n’a été observée chez les deux autres zèbres. Seuls 4 autres zèbres ont présenté de légers symptômes respiratoires qui se sont résorbés de manière spontanée. La présence d’un herpesvirus a pu être confirmée sur un écouvillon nasal réalisé sur la femelle adulte, sur l’écouvillon et le sang prélevés sur le jeune mâle avant son décès mais aussi sur le poumon de ce dernier après autopsie et enfin, sur le poumon du zébreau après autopsie également. Objectif: identifier et caractériser l’herpesvirus responsable de l’infection des zèbres de ce zoo pour ensuite pouvoir étudier et comprendre son comportement in vitro face à un panel de molécules antivirales dans le but d’applications thérapeutiques. Matériels/Méthodes: Un échantillon de poumon prélevé sur le zèbre de Grévy mâle décédé a été mis en culture sur cellules RK13 dans le but d’isoler la souche virale. Pour l’identification du pathogène, les acides nucléiques ont été extraits directement à partir du poumon et de la souche isolée par culture cellulaire à l’aide de kits Qiagen Qiamp DNA Mini Kit et Qiagen Viral RNA respectivement. Une amplification par PCR classique a ensuite été réalisée avec les couples d’amorces couvrant l’ORF30 (ADN polymérase virale) et un fragment de l’ORF33 (glycoprotéine B). Les amplicons ont été séquencés. Résultats: Le virus a pu être isolé sur cellules RK13 sur lesquelles un effet cytopathogène a pu être observé. Le séquençage à partir du prélèvement brut a permis l’obtention de séquences présentant 99% de similitudes avec l’herpesvirus équin 9 (HVE9). Le séquençage après isolement sur cellules RK13 confirme ce résultat ainsi que le génotype « neuropathogénique » de cette souche (mutation G en position 2254 de l’ORF30). Discussion: Les résultats in vitro confirment que le virus HVE9 est bien à l’origine de l’épisode neurologique survenu chez ces zèbres. Cet herpesvirus a été détecté à quelques reprises chez les espèces de zoo et a fait l’objet d’études dans d’autres pays. L’isolement de la souche va permettre : i) d’étudier les mécanismes de pathogénicité de ce virus qui reste peu connu à ce jour et ii) d’évaluer l’efficacité de molécules antivirales pour optimiser l’arsenal thérapeutique actuellement disponible et ainsi minimiser l’impact de ce pathogène sur ces espèces menacées. Conclusion: Ces cas cliniques ont permis la mise en évidence du premier cas mortel d’HVE9 chez des zèbres de Grévy en France ainsi que l’isolement de ce pathogène. Conflits d’intérêt : Les auteurs confirment n’avoir aucun conflit d’intérêt. Comité d’éthique : Les échantillons utilisés dans l’étude ont été prélevés au cours de l’autopsie et ont été utilisés avec l’accord des vétérinaires du ZooParc de Beauval. Source de financement : Cette étude s’inscrit dans le cadre des activités du programme OVERLORD : Chaire Immunologie Equine : Prévention et thérapie des pathogènes respiratoires équins est soutenue par la région Normandie, le Fond Eperon et LABÉO. 1. Slater J. Equine herpesvirus. Slater JD Equine herpesvirus In: Equine Infectious Diseases Selon DC, Long MT Saunders, St Louis 2007:134-152. 2007; 2. Abdelgawad A, Damiani A, Ho SYW, Strauss G, Szentiks CA, East ML, et al. Zebra Alphaherpesviruses (EHV-1 and EHV-9): Genetic Diversity, Latency and Co-Infections. Viruses. 20 sept 2016;8(9). 3. Taniguchi A, Fukushi H, Matsumura T, Yanai T, Masegi T, Hirai K. Pathogenicity of a New Neurotropic Equine Herpesvirus 9(Gazelle Herpesvirus 1) in Horses. Journal of Veterinary Medical Science. 2000;62(2):215‑8.
Liste complète des métadonnées

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-02285501
Contributeur : Gabrielle Sutton <>
Soumis le : jeudi 12 septembre 2019 - 17:35:58
Dernière modification le : mercredi 6 novembre 2019 - 14:36:59

Identifiants

  • HAL Id : hal-02285501, version 1

Citation

Gabrielle Sutton, Côme Thieulent, Christine Fortier, Baptiste Mulot, Romain Paillot, et al.. Confirmation d'infections mortelles par HVE-9 chez des zèbres de Grévy en captivité. Journées Annuelle de l'Association Vétérinaire Équine Française Bordeaux 2018, Nov 2018, Bordeaux, France. ⟨hal-02285501⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

35