Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Italo Calvino et le « pathos des commencements »

Résumé : Le lecteur attentif de l'oeuvre d'Italo Calvino aura reconnu l'expression que nous employons dans le titre de cet article. La formule « pathos degli inizi » émane d'un court texte consacré à Monsieur Palomar et publié dans le « Corriere della sera » en juillet 1977. Notre personnage « colto e sofisticato quanto incerto, problematico e disilluso » y assouvit sa passion des dictionnaires. Leur immense mérite à ses yeux, et à ceux de son créateur, est d'offrir une présentation des rubriques où la question de l'entrée dans le monde devient accessoire puisque résolue par la convention arbitraire mais commode de l'ordre alphabétique. En d'autres termes, l'émotion, voire la souffrance-« pathos »-, liée à la sélection d'un objet privilégié sur lequel concentrer son attention au détriment de l'infinité des autres accès possibles à la compréhension de l'univers, se trouve atténuée par le recours à la phonétique. Cette dernière aplatit la hiérarchie des connaissances et donne au lecteur des paysages et à l'explorateur des mots qu'est Palomar-Calvino l'illusion d'une clôture et d'un sens achevé. Partant de l'épisode de notre Monsieur Teste italien, qui ne concerne en l'espèce qu'une interrogation sur la meilleure façon de lire la transcription non fictionnelle du monde que fournit l'encyclopédie, nous voudrions élargir notre propos à la question plus générale de la ou des mises en route de la machine narrative calvinienne. Notre idée, résumée à sa plus simple expression, est que toute l'oeuvre de Calvino, fictionnelle ou critique, se heurte de fait au « pathos des commencements », et ce de deux manières apparemment antinomiques. Soit par un contournement de ce pathos, dans une volonté de dénégation qui passe par la recherche de genres ou le choix d'incipit romanesques donnant à croire que le discours entrepris n'est que la continuation d'un discours préalable, désigné ou implicite-considérons pour le moment que cette formule pourrait faire office de définition approximative aussi bien de l'intertextualité que de la mémoire-, soit dans un dessein de mise en avant, tantôt solennelle, tantôt ironique, de l'idée que tout se joue pour l'écrivain et son lecteur au moment précis et délicat de l' « entrée » dans le texte. Bref, surligner la présence d'un seuil en mettant en place une rhétorique du passage entre avant-texte et texte ou bien, au contraire, dédramatiser le franchissement de cette frontière symbolique entre silence et parole.
Complete list of metadatas

Cited literature [18 references]  Display  Hide  Download

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-02279571
Contributor : Vincent d'Orlando <>
Submitted on : Thursday, September 5, 2019 - 1:40:04 PM
Last modification on : Wednesday, October 23, 2019 - 1:05:54 AM
Long-term archiving on: : Thursday, February 6, 2020 - 1:21:27 AM

File

Italo Calvino et le pathos des...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02279571, version 1

Collections

Citation

Vincent d'Orlando. Italo Calvino et le « pathos des commencements ». Quaderni dell'Hôtel di Galliffet, Istituto Italiano di Cultura. Italo Calvino narratore, 2005. ⟨hal-02279571⟩

Share

Metrics

Record views

23

Files downloads

58