K+ K Anarchie » (sur Kafka de Franzobel)

Résumé : En clin d’œil à la K+K Monarchie (König und Kaiser Monarchie : l’Empire austro-hongrois), cette « tour de Babel lézardée » qui fut l’environnement de Franz Kafka, considérons la comédie Kafka (1997) du plasticien et dramaturge autrichien Franzobel sous la forme d’une « Kafka+Kitsch Anarchie ». D’entrée de jeu, la pièce donne comme didascalie liminaire « Chambre bourgeoise, fortement surdessinée, avec fenêtres à se précipiter en bas, meubles sous ou surdimensionnés, des perroquets à piles. Costumes intemporels et kitsch » : ce qui est intemporel, ce qui reste en mémoire, c’est le kitsch, l’Autriche comme conservatoire patrimonial du dix-huitième siècle à nos jours, car Franzobel, à l’instar de sa compatriote Jelinek, écrit « pour commenter l’envers d’un décor que le monde entier associe à la musique, au théâtre, au berceau de la psychanalyse, à la splendeur d’un univers disparu » - alors qu’il n’est pour eux que la vitrine d’un magasin de souvenirs largement fourni en portraits d’archiduchesses jouant du clavecin et autres rubans roses ou écureuils tyroliens sous lequel couve tranquillement le néofascisme.
Liste complète des métadonnées

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-02275731
Contributeur : Florence Fix <>
Soumis le : dimanche 1 septembre 2019 - 18:23:44
Dernière modification le : lundi 2 septembre 2019 - 01:13:16

Identifiants

  • HAL Id : hal-02275731, version 1

Collections

Citation

Florence Fix. K+ K Anarchie » (sur Kafka de Franzobel). Théâtre/Public, Editions Théâtrales, 2011, Kitsch et néo-baroque sur les scènes contemporaines, pp.54-57. ⟨hal-02275731⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

39