Zola et Mirbeau face à la pauvreté, enjeu sociopoétique du naturalisme - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Excavatio Year : 2018

Zola et Mirbeau face à la pauvreté, enjeu sociopoétique du naturalisme

(1)
1

Abstract

« Hantise du XIXe siècle » selon l’historien André Gueslin, le paupérisme qui touche ouvriers miséreux, paysans et petits métiers de la France industrielle est un débat de société juridique (à partir de 1885, un mendiant récidiviste est passible du bagne), politique (Benjamin Delessert, fondateur de la caisse d’épargne, prône la charité comme instrument d’harmonie sociale – charité dont Mirbeau dans Le Foyer dénonce le cynisme et l’hypocrisie) et éthique (d’Haussonville en 1894 récuse la charité et défend l’assistance par le travail, l’aide apportée uniquement aux ouvriers honnêtes mais dont l’emploi ne suffit pas à assurer la subsistance). Or pour l’écriture naturaliste ce débat de société est aussi un enjeu esthétique : Mirbeau, comme Zola, savent qu’affleure toujours le risque de la stylisation de la « bohème aux poches crevées » rimbaldienne ou de la chanson des gueux de Richepin. Comment décrire la pauvreté sans l’esthétiser ? Sur quel équilibre fragile peut donc s’élaborer un récit réaliste de la pauvreté qui ne soit ni portrait à charge, ni protocole compassionnel larmoyant, ni exaltation du dénuement ? Les écrits de Mirbeau sur les romans de Zola sont ici convoqués afin de dessiner les possibles narratifs envisagés par les deux auteurs.
Not file

Dates and versions

hal-02275724 , version 1 (01-09-2019)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02275724 , version 1

Cite

Florence Fix. Zola et Mirbeau face à la pauvreté, enjeu sociopoétique du naturalisme. Excavatio, 2018, Émile Zola, Octave Mirbeau et le naturalisme, 30. ⟨hal-02275724⟩
147 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More