Fragmentation et ébranlement du discours officiel dans Les Huissiers et 11 septembre 2001 de Michel Vinaver

Résumé : Que la fable s’inscrive dans une IVe République française vacillante aux débuts de ce qui n’est pas encore la guerre d’Algérie ou dans une Amérique qui, pour avoir vu s’effondrer des tours en 2001, n’est pas encore en guerre au Moyen-Orient, Les Huissiers et 11 septembre 2001 invitent à penser l’incomplet et l’incertain dans l’Histoire, et par là la puissance du fragment comme une déflagration dans l’immobilité policée du verbe politique. Volontairement disloqué et soumis au collage, le discours officiel d’hommes politiques se révèle et provoque chez le spectateur ce que Vinaver construit comme un « ébranlement » programmé, une « secousse » nécessaire. Le fragment n’est pas que le résultat d’un séisme, il en est aussi la cause, il se propage comme une façon de repenser les dialectiques mensonge d’état/sincérité et secret d’état/visibilité, exposition. Car l’Histoire et le discours officiel, comme l’indique la phrase finale des Huissiers, « ça se retourne / ça se dissout / ça se renverse / ça se disloque / ça se remet / se décompose / se recompose » et c’est sur la scène de théâtre que ce processus volontaire et maîtrisé de morcellement trouve à ébranler une langue usée, paralysée par la systématisation.
Liste complète des métadonnées

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-02275675
Contributeur : Florence Fix <>
Soumis le : dimanche 1 septembre 2019 - 15:30:19
Dernière modification le : lundi 2 septembre 2019 - 01:13:16

Identifiants

  • HAL Id : hal-02275675, version 1

Collections

Citation

Florence Fix. Fragmentation et ébranlement du discours officiel dans Les Huissiers et 11 septembre 2001 de Michel Vinaver. De l’écriture et des fragments, Peter Schnyder, 2014, Mulhouse, France. pp.151-163. ⟨hal-02275675⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

40