Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

L’empire de la parole présidentielle : l’essor du bully pulpit au 20e siècle

Résumé : Parmi les « pouvoirs informels et symboliques » qui ont contribué à l'essor de la présidence aux États-Unis depuis le début du vingtième siècle, la prise de parole occupe une place de choix. Loin de se contenter d'inaugurer les chrysanthèmes et de chanter les louanges de la nation américaine lors des rites consensuels de la religion civile, les présidents s'expriment désormais de plus en plus souvent pour affirmer leur autorité face aux autres composantes du système politique et utilisent à cet effet les moyens modernes de communication. Le président n'intervient plus uniquement en tant que chef d'État mais aussi en tant que chef de gouvernement. Depuis les années soixante, going public, c'est-à-dire la prise de parole publique pour faire pression sur le Congrès, a même supplanté le power to persuade qui renvoie aux méthodes de persuasion par la négociation dans le cadre du marchandage institutionnel entre les trois pouvoirs. Il s'agit là d'un développement récent : c'est Theodore Roosevelt qui a le premier expérimenté cette nouvelle présidence rhétorique et qui lui a donné le nom révélateur de bully pulpit, instrument de persuasion, voire de coercition (bully), aux mains d'un président qui prêche (du haut de son pulpit) pour le bien de la nation. Depuis l'ère progressiste au début du vingtième siècle, l'essor de la parole présidentielle a non seulement coïncidé avec mais également contribué à l'avènement d'une présidence moderne qui contourne le Congrès et les partis en s'adressant directement au peuple. Pour comprendre cette « présidence rhétorique », il faut commencer par en retracer l'essor au cours du vingtième siècle et en décrire les contours. Mais on doit également pointer les limites du lien rhétorique direct avec le peuple : parce qu'ils s'inscrivent dans un cadre constitutionnel relativement inchangé qui reste marqué par le système des freins et des contrepoids et parce que l'opinion publique que le chef de l'exécutif cherche à séduire est notoirement changeante, les discours présidentiels ne produisent pas toujours les effets politiques escomptés par le président. Enfin, on s'intéressera à l'invention d'une riche tradition rhétorique qui offre une place croissante à l'exploitation à des fins politiques des genres de discours cérémoniels en apparence apolitiques et consensuels : le chef de l'État est de plus en plus tenté d'utiliser son autorité symbolique de père de la nation pour rassembler l'Amérique et les Américains en cas de crise, faciliter sa tâche de chef de gouvernement et se faire réélire.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

Cited literature [7 references]  Display  Hide  Download

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-02157280
Contributor : Luc Benoit a La Guillaume <>
Submitted on : Tuesday, June 18, 2019 - 8:48:10 AM
Last modification on : Saturday, November 23, 2019 - 10:03:20 AM

Files

Bully pulpit.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02157280, version 1

Collections

Citation

Luc Benoit a La Guillaume. L’empire de la parole présidentielle : l’essor du bully pulpit au 20e siècle. Americana, 2008. ⟨hal-02157280⟩

Share

Metrics

Record views

59

Files downloads

38