L'évidence du visage et le sens social des valeurs

Résumé : Voir dans la philosophie d’Emmanuel Levinas un tournant éthique de la phénoménologie n’a sans doute pas de sens, dans la mesure où il n’a jamais été question pour Levinas d’ajouter une éthique à la phénoménologie de Husserl et à celle de Heidegger, qui, elles, en auraient été dépourvues. Il y a dans une telle mécompréhension non seulement un contresens historique sur ce qu’est la phénoménologie, mais également une erreur historiale sur ce que la pensée de Levinas ouvre et qui ne peut pas être un simple retour de l’éthique. La vérité (l’évidence) du visage ouvre à plus qu’elle-même, elle inaugure en moi une temporalisation inquiète qui est celle même de la vie éthique. L’appel d’autrui m’envoie dans le monde en ayant à répondre de ce qui m’excède et dans la conscience de mon impuissance, car ce n’est pas par moi seul que le monde a un sens.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-02145735
Contributeur : Emmanuel Housset <>
Soumis le : lundi 3 juin 2019 - 11:44:22
Dernière modification le : lundi 15 juillet 2019 - 14:53:58

Identifiants

  • HAL Id : hal-02145735, version 1

Collections

Citation

Emmanuel Housset. L'évidence du visage et le sens social des valeurs. Danièle Cohen-Levinas ; Alexander Schnell (Eds). Relire "Totalité et infini" d'Emmanuel Lévinas, ⟨Vrin⟩, pp. 73-94, 2015, 978-2-7116-2567-3. ⟨hal-02145735⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

16