Le Fantastique dans le Traité d'orchestration de Berlioz

Résumé : Premier exemple de traité d'orchestration et non plus seulement d'instrumentation, le Grand Traité d'Instrumentation et d'Orchestration modernes d'Hector Berlioz, paru à Paris chez l'éditeur Schoenenberger à partir du 15 mars 1844 pour la première édition et vraisemblablement à partir du 15 mai 1856 pour la seconde 1 présente de nombreux effets d'orchestration souvent extraits de ses propres oeuvres ou de celles des maîtres du passé et contemporains : leur description est le plus souvent étayée par des exemples de partitions conductrices complètes, ce qui représente une innovation. Au dire de ses contemporains, Berlioz, qui n'était point virtuose d'un instrument en particulier (il pratiquait honorablement la guitare et avait étudié la flûte dans sa jeunesse mais ne fut jamais pianiste), « [jouait] de tous à la fois, c'est-à-dire que son instrument, [c'était] l'orchestre. ». 2 Étudiant déjà, il était fasciné par l'orchestration, au point de fréquenter assidument les musiciens dans la fosse d'orchestre de l'Opéra, ou de suivre les concerts partition à la main, l'annotant pour relever un effet particulier. 3 C'est dire que les éléments qui figurent dans son traité sont nourris par une observation et une pratique régulière de l'écriture orchestrale. Parmi ceux-ci nombre d'entre eux relèvent du fantastique, romantisme oblige… On peut raisonnablement les classer ainsi : ceux qui relèvent de l'onirisme, ceux qui révèlent une forme de théâtralisation, que ce soit dans l'opéra ou dans la musique religieuse, et enfin ceux qui suggèrent ou décrivent une atmosphère plus ou moins fantastique. 1. Fantastique et onirisme : La Symphonie fantastique De toutes les oeuvres de Berlioz, cette symphonie est la seule dont le titre fasse ouvertement référence au fantastique et, comme son argument l'exprime fort bien, celui-ci est de l'ordre du rêve, puisque les éléments de cette oeuvre cités dans le traité sont provoqués par l'état de léthargie dans lequel se trouve le poète après avoir avalé un narcotique suite à un désespoir amoureux. Les effets d'orchestration particuliers présents dans le traité relativement à la Symphonie fantastique peuvent se regrouper en deux catégories : ceux qui relèvent de l'utilisation d'instruments particuliers associés ou non avec un ou plusieurs autres et
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal-normandie-univ.archives-ouvertes.fr/hal-02117044
Contributeur : Jean-Yves Rauline <>
Soumis le : mercredi 1 mai 2019 - 23:24:40
Dernière modification le : vendredi 3 mai 2019 - 01:31:13
Document(s) archivé(s) le : mercredi 9 octobre 2019 - 11:22:20

Fichier

Le Fantastique dans le Traité...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-02117044, version 1

Collections

Citation

Jean-Yves Rauline. Le Fantastique dans le Traité d'orchestration de Berlioz. La Musique et le fantastique, Mar 2015, Rouen, France. ⟨hal-02117044⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

7

Téléchargements de fichiers

11