African students: Migrants like the others - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Politix Year : 2018

African students: Migrants like the others

Étudiants africains : des émigrés comme les autres

(1, 2, 3)
1
2
3

Abstract

Although political discourses emphasize the attractiveness of France and the reception conditions for foreign students, these students remain strangers like any others, progressively facing monitoring policies over their entry and stay in France. African students are at the forefront of this border closure, implemented from the consulates. This article proposes to reverse the perspective by observing not the production of these borders, but the perceptions and practices of the students who face them. Investigating students’ life courses—both those who have obtained their visa and those who have not—reveals the inequalities introduced by this political filter, which is very socially selective. Often confined by a student visa procedure, students develop different strategies to adapt to borders, or to bypass them, according to their social profile, their family history, and their individual and collective resources. This approach to public policies from below, and from its users, explains how the inextricable imbrication of borders, both political and social, reinforces the spatial immobility of some, but above all makes the mobility of others more complex.
S’ils sont associés à des discours politiques soulignant la forte attractivité de la France, les étudiants étrangers demeurent des étrangers comme les autres, progressivement soumis à des politiques de contrôle de leur entrée et de leur séjour. Les étudiants africains sont en première ligne de ce processus de fermeture des frontières, à l’oeuvre dès les consulats de France. Cet article propose de renverser la perspective en observant, non pas la production de la politique des visas, mais les perceptions et les pratiques des étudiants qui l’affrontent. Enquêter les parcours d’étudiants qui ont obtenu ou se sont vus refuser leur visa permet de saisir les logiques des inégalités qui persistent face à ce filtre consulaire socialement très sélectif. Souvent captifs d’une procédure du visa étudiant diversement appropriée, les étudiants développent différentes stratégies pour s’accommoder de la frontière, ou la contourner, selon leurs propriétés sociales, leurs histoires familiales et leurs ressources individuelles et collectives. Cette approche de l’action publique par le bas, et par ses usagers, permet de saisir comment l’inextricable enchevêtrement des frontières, à la fois politiques et sociales, renforce l’immobilité spatiale des uns, mais surtout complexifie les mobilités des autres.
Fichier principal
Vignette du fichier
Bréant_2018_Etudiants_africains_émigrés_comme_les_autres.pdf (2.39 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-02025354 , version 1 (31-03-2021)

Identifiers

Cite

Hugo Bréant. Étudiants africains : des émigrés comme les autres : Sélectivité sociale du visa et (im)mobilités spatiales des étudiants internationaux comoriens et togolais. Politix, 2018, 3 (123), pp.195-218. ⟨10.3917/pox.123.0195⟩. ⟨hal-02025354⟩
160 View
96 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More